+49 781 9616-0

Les chroniques de THERMOTEX

Le spécialiste de la logistique textile revient sur son histoire, analyse le présent et se projette dans l’avenir. Helmut Czichon, codirecteur de THERMOTEX avec Dietmar Nagel, nous convie à un voyage dans le temps.


Si THERMOTEX est parvenu à s’imposer comme l’un des leaders de son secteur, c’est grâce à ses nombreuses idées novatrices et à l’évolution constante de sa gamme. Après avoir démarré son activité il y a un peu plus de trois décennies comme spécialiste des produits de marquage pour textiles, l’entreprise se définit aujourd’hui en tant que fournisseur de systèmes pour la logistique textile. « À travers nos solutions, nous aidons les blanchisseries à assurer leur mission principale de logistique textile et de marquage du linge », dit Helmut Czichon, directeur de THERMOTEX.

WRP: La société THERMOTEX a célébré en 2018 son 30e anniversaire. Durant cette période, la firme est passée d’un effectif de départ de 2 personnes à une entreprise opérant à l’international qui compte à l’heure actuelle 150 collaborateurs. Quels ont été et quels sont aujourd’hui encore les facteurs de réussite ? 

Helmut Czichon: Cette évolution spectaculaire s’explique très certainement par diverses raisons. L’une d’entre elles, c’est que nous avons été constamment en capacité de créer et de perfectionner de nouveaux produits sur mesure pour nos clients. Nous avons commencé il y a 31 ans dans le secteur du marquage de linge en utilisant des marqueurs de linge pour l’étiquetage, avant de lancer dans le secteur de la blanchisserie la première imprimante dotée d’une tête spéciale pour l’impression des textiles ainsi que le code QR. Depuis la création de l’entreprise, nous avons toujours misé sur des produits innovants.

Jubilaeum 2018

Nous avons de même toujours accordé la plus haute priorité à la qualité de nos technologies. Nos clients continuent de rechercher, non pas la solution la moins chère, mais celle qui puisse répondre au quotidien aux exigences rigoureuses qui prévalent dans leurs entreprises. Prenons l’exemple d’une presse à thermofixer capable de fonctionner à 100 pour cent, même après des millions d’utilisations, en raison de l’importance cruciale que nous attachons aux facteurs pression, temps et température.

Aujourd’hui comme hier, nos collaborateurs représentent bien entendu eux aussi un élément déterminant dans la réussite de notre développement. Au-delà de sa qualification professionnelle – nous investissons ici régulièrement dans la formation continue –, notre équipe se distingue par une fidélité sans faille. L’an dernier, l’équipe THERMOTEX comptait en effet dans ses rangs 20 employés dont chacun possédait au moins 20 ans d’ancienneté dans l’entreprise.

WRP: C’est en s’appuyant sur le marquage du linge que THERMOTEX est parvenu à prendre pied dans notre secteur industriel. Comment marquait-on le linge à cette époque ?

Czichon: Lorsque nous avons commencé, le marquage n’était pas encore une question prioritaire pour les blanchisseries. Quand il fallait marquer le linge, on appliquait par exemple des caractères en plomb sur un ruban à rouleau à travers un ruban encreur. Pour distinguer les conteneurs des différents clients, les blanchisseurs avaient recours à une séparation des postes. Avec l’augmentation continue des volumes de lavage, cependant, chaque pièce de linge a acquis une importance en soi. L’automatisation a fait son entrée dans les blanchisseries, où les chaînes de lavage se sont multipliées, ce qui a fondamentalement accru l’importance du marquage du linge.

Il faut ajouter à cela que les entreprises Rentex recherchaient à l’époque en urgence un système de marquage adapté au linge de résidents. Nous avons alors réalisé une synthèse de codes QR, ruban de marquage et technologies d’impression – et voilà, la solution était trouvée. Ce système de marquage a été par la suite étendu à tous les sites Rentex, ce qui a permis pour la première fois d’établir un décompte individuel pour chaque résident.

WRP: La gamme THERMOTEX a constamment évolué au fil du temps. Quelle place occupe aujourd’hui le secteur du marquage ?

Czichon: Le marquage continue d’être à la fois l’une nos principales activités et une part importante de notre chiffre d’affaires. Il faisait partie de notre tradition dès l’origine et c’est un marché sur lequel nous sommes profondément ancrés depuis 30 ans. Si nous proposons aujourd’hui des solutions pour des applications de marquage extrêmement diverses, il n’empêche que ce secteur ne représente qu’un seul des cinq piliers sur lesquels repose notre entreprise.

Spirit1 Anwendung 03

Autre produit majeur de la gamme THERMOTEX : les écussons, qui offrent par exemple une forte valorisation qualitative sur les vêtements professionnels et les vêtements de protection. Ce segment regroupe différents types d’écussons – ils sont actuellement au nombre de 17 – à choisir en fonction du goût de chacun ou du secteur d’activité du client. D’ailleurs, de plus en plus de blanchisseries nous envoient leurs textiles pour que nous les ennoblissions par l’ajout d’écussons. C’est un service que nous proposons aux entreprises qui ne peuvent pas réaliser elles-mêmes cette opération.

Nous travaillons depuis 1993 sur la technologie des puces et, depuis plus de dix ans, de manière intensive en développant nos propres produits. Aujourd’hui, nous exploitons ici à Schutterwald dans notre unité 2 un centre dédié à la technologie des puces où nous concevons et fabriquons des puces, antennes, systèmes de lecture et solutions spéciales pour différents process et applications.

Les machines constituent le quatrième pilier de THERMOTEX. On y trouve des presses à thermofixer, des imprimantes à transfert thermique, des systèmes d’impression à aiguilles et systèmes d’impression directe. En ce qui concerne notre activité de construction mécanique, nous attachons une importance capitale à une finition solide et à la précision des paramètres, notamment à une synthèse parfaite entre imprimante, matériel d’étiquetage et ruban encreur.

Notre cinquième pilier, c’est la logistique de blanchisserie. Elle englobe des systèmes de tri du linge à l’entrée et à l’expédition, des systèmes d’armoires de répartition et de transport du linge ainsi que des produits comme les sacs et filets à linge. Notre logiciel de gestion du linge Saturn est tout particulièrement adapté à l’usage dans les maisons de retraite et maisons de soins, les établissements pour personnes handicapées et les petites blanchisseries.

IN Sortexx Anwendung 04

Comme vous le voyez, notre offre dépasse aujourd’hui largement le seul secteur du marquage. La gamme THERMOTEX n’a cessé de progresser dans les 30 dernières années, avec notamment une forte accélération au cours de ces 10 dernières années. Notre gamme, qui comprend environ 110 000 articles, présente aujourd’hui une largeur et une profondeur exceptionnelles. Le plus petit de ces articles, une puce, pèse 0,15 gramme. Le plus lourd, une installation de tri de linge pour résidents, affiche un poids de 1 800 kilogrammes sur la balance. Cette gamme nous permet de servir régulièrement quelque 8 000 clients dans le secteur de la logistique textile.

WRP: Quelle clientèle et quels marchés cette gamme approvisionne-t-elle ?

Czichon: Nos clients sont entre autres des blanchisseries, maisons de retraite, hôpitaux, hôtels, industriels, fabricants de vêtements, pompiers, ainsi que la police et les services de protection civile. À l’international, THERMOTEX livre aujourd’hui dans plus de 60 pays. L’Allemagne reste notre premier marché, bien que nous soyons également leaders en Autriche et en Suisse et enregistrions une croissance continue dans d’autres pays du Globe.   

WRP: Quelle est l’importance actuelle de la technologie des puces pour THERMOTEX et pour l’ensemble de la branche ?

Czichon: La technologie des puces y occupe une place de plus en plus stratégique et nous observons même à l’heure actuelle une véritable frénésie dans ce domaine. Il y a plusieurs raisons à cela, dont l’une est très certainement le fait que les blanchisseries sont soumises à des pressions élevées et permanentes en matière de prix et qu’elles recherchent des solutions pour minimiser leurs coûts.

UHF Gate Einlesen

La technologie des puces offre la possibilité d’optimiser les processus et de réaliser ainsi des économies. Les puces UHF permettent par exemple de lire automatiquement, rapidement et en grandes quantités les pièces de linge qui en sont équipées, et ce indépendamment de leur localisation. À l’opposé, le linge muni d’un code QR ou d’un code-barres doit être scanné à l’unité, ce qui implique un investissement en main d’œuvre et en temps.

Nous proposons une large gamme de puces pour les applications les plus diverses. Nos puces HF sont excellemment adaptées à l’identification entièrement automatique de textiles. Elles sont dotées d’un numéro d’identification clair et lisible dans le monde entier. En liaison avec un logiciel, ce numéro permet par exemple d’attribuer un nom de porteur ainsi qu’un nombre de cycles et des paramètres de lavage. Les puces HF, qui sont également lisibles en piles, sont actuellement très répandues dans la pratique.

En raison de leur grande portée, les puces UHF offrent un vaste champ d’applications et sont principalement utilisées pour la lecture de conteneurs et la lecture en bloc. Dans une configuration optimale avec antenne, décodeur et lecteur, on peut ainsi sélectionner de manière ciblée chaque pièce de linge séparément à l’entrée et à la sortie. Si la technologie UHF a ouvert une nouvelle dimension, notamment dans le secteur du linge plat, elle convient également aux vêtements professionnels et au linge de résidents. Pour répondre aux demandes spéciales, nous avons aussi dans notre gamme des puces LF qui ne peuvent être lues qu’à l’unité.

Notre force n’est pas seulement de pouvoir offrir la puce optimale et les systèmes de lecture adaptés à chaque application. Nous sommes également en mesure d’aménager des pièces de manière que l’interaction entre l’antenne et la puce puisse permettre, quelles que soient les conditions, d’obtenir d’excellents résultats – autrement dit des taux de lecture très élevés – dans les blanchisseries, les véhicules, les hôtels et les hôpitaux.

Pour cela, il faut bien entendu aussi fixer les puces sur les vêtements. Nous avons dans notre gamme des patchs, sachets et passe-partout pour vêtements professionnels, chemises, etc. Là encore, notre compétence technologique se conjugue avec notre savoir-faire en matière de textiles. Nous produisons environ 1,4 milliard d’étiquettes par an et concevons depuis plusieurs décennies les solutions de haute précision qui permettent de les fixer sur le linge en toute fiabilité.

Nos technico-commerciaux, 15 collègues à l’heure actuelle, de même que 4 ingénieurs d’applications viennent conseiller le client sur site sur les potentialités de la technologie des puces. Une fois le cahier des charges établi, notre collaborateur lui explique les solutions possibles. Le conseil inclut également des recommandations sur le type et la taille des puces ainsi que leur positionnement. Grâce au savoir-faire et à l’expérience de notre collaborateur, vous avez la garantie que la technologie sera mise en place avec succès. Pour parvenir à cette solution optimale, nous coopérons avec 32 partenaires logiciels dans le monde entier.

WRP: Pour quelles missions utilise-t-on la technologie des puces THERMOTEX ?

Czichon: Il s’agit de tâches très diverses. On l’utilise par exemple pour marquer et lire les vêtements professionnels, les EPI, le linge de résidents, d’hôpitaux et d’hôtellerie. Pour ce qui est du linge d’hôtellerie, ce sont d’ailleurs de plus en plus les établissements eux-mêmes qui manifestent ici leur intérêt à l’égard de la technologie des puces. Elles souhaitent par exemple connaître les causes de leurs pertes de linge, ce qui n’est possible qu’à la condition d’en identifier clairement l’entrée et la sortie.

OUT Sortexx Anwendung 01

Les fabricants de vêtements font eux aussi de plus en plus souvent appel à des puces pour pouvoir tracer leurs articles produits à l’étranger. Ceci leur permet de vérifier si les pièces de vêtements parviennent effectivement à destination dans les quantités commandées. Grâce à cette technologie, on peut aujourd’hui lire une palette de cartons complète sans avoir à ouvrir les cartons.

Il en va exactement de même pour les blanchisseries. Si le nouveau linge est équipé de puces, la blanchisserie peut vérifier immédiatement à la livraison si le nombre de pièces commandé est bien arrivé. Nous avons conçu et fabriqué à cet effet une box capable de réceptionner et de lire une palette entière. Il n’y a donc pas besoin de déballer les cartons et de compter les textiles manuellement, ce qui permet d’économiser du temps de travail, et donc des coûts, tout en minimisant le risque d’erreurs.

Les exigences posées à la technologie des puces sont très variées et ne cessent de se redéfinir. C’est pourquoi nous avons par exemple conçu pour le secteur du linge de résidents une puce UHF qui allie deux technologies : la lecture manuelle de codes QR au moyen d’un scanner ou la lecture automatique via une antenne de lecture, ce qui, selon le procédé choisi, apporte une flexibilité remarquable.

La technologie des puces et les processus qu’elle permet de réaliser offrent dès aujourd’hui de multiples avantages. Les blanchisseries peuvent poursuivre leur automatisation tout en bénéficiant d’un apport de données et d’informations dans le cadre de leurs processus. On peut par exemple enregistrer et mesurer des pièces à la station de chargement de sacs, procéder à un recomptage au finisseur de tunnel, etc. Grâce à ces informations, on peut établir des statistiques ou affecter des postes de coûts. Pour un loueur de vêtements professionnels, il est capital de connaître le nombre de rotations d’une pièce et donc combien d’argent elle lui rapporte.

MG 2711 klein

De manière générale, tous les types de marquage – que ce soit la puce ou le code-barres – améliorent la transparence des process de blanchisserie. Cette grande transparence des processus, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise, permet de mettre en évidence les éventuels problèmes, erreurs ou goulots d’étranglement. Une blanchisserie capable d’éliminer ces problèmes accroît la satisfaction de ses clients. C’est d’ailleurs un atout important pour fidéliser la clientèle. Le secteur des puces est un thème qui revêt une importance croissante dans les appels d’offres. Voilà pourquoi de plus en plus de blanchisseries, petites ou moyennes, misent aujourd’hui sur la technologie des puces  ainsi que sur un marquage renforcé afin de limiter leurs pertes, éviter les erreurs ou activer des process.

WRP: Que conseille THERMOTEX lorsqu’un client s’intéresse de près à la technologie des puces et souhaite l’intégrer dans ses processus ?

Czichon: Si l’on installe cette technologie pour la première fois dans une entreprise, il est recommandé d’en équiper par exemple un nouveau client. On peut également commencer par équiper de cette technologie des clients ou types de textiles bien définis. Certains de nos clients l’ont fait pour leurs balais à franges. Suite à des pertes élevées, ils ont en effet installé des puces. Nous avons de plus conçu et fabriqué pour eux des convoyeurs élévateurs spéciaux placés en amont des chaînes de lavage et équipés d’antennes. Celles-ci possèdent un blindage spécial pour pouvoir offrir une réception optimale. Les balais à franges sont désormais déversés par conteneurs entiers sur les convoyeurs et lus automatiquement.

Jusqu’ici, il fallait compter les balais à franges manuellement, ce qui impliquait l’emploi de main d’œuvre et comportait un risque d’erreurs. La technologie des puces fournit une information précise, par exemple sur la durée de vie du balai à franges, à quel moment il est entré dans la blanchisserie et en est sorti, ou encore s’il a accompli le parcours.

Même si l’on n’équipe de puces qu’une partie du linge seulement, celui-ci passe tout à fait normalement par les différentes opérations. Ce linge peut être localisé, identifié et trié à tout instant.

UHFBox Kuckloch+Waeschewagen 04

WRP: THERMOTEX possède aussi à l’heure actuelle dans sa gamme des systèmes de tri pour linge de résidents à l’entrée et à la sortie. Comment de telles solutions s’intègrent-elles dans la gamme THERMOTEX ?

Czichon: Nous considérons que notre principale mission consiste à mettre à la disposition des blanchisseries des solutions qui leur garantissent un niveau de contrôle du linge aussi élevé que possible, ce qui inclut également des systèmes de minimisation du taux d’erreurs. C’est pourquoi nous avons conçu entre autres les étagères de tri Sortexx destinées au linge de résidents. Elles sont dotées de deux fonctions de contrôle essentielles : un voyant de contrôle indique que l’employé a choisi le bon casier pour une pièce de linge. Ensuite, il devra la poser effectivement à cet endroit, sinon une barrière lumineuse émettra un signal d’erreur. Le procédé exclut ainsi toute erreur de tri.

La concurrence dans le secteur de la blanchisserie est aujourd’hui féroce et les prix sont bas. Les entreprises ne veulent plus et ne peuvent plus tolérer les livraisons erronées et les coûts que cela entraîne. Dans le même temps, les phénomènes de concentration sur le marché des maisons de retraite et de soins ont eu pour effet que la clientèle des blanchisseries a connu une extension constante en termes de structures. Il peut ainsi arriver qu’un client insatisfait entraîne non seulement la perte d’une unité de production, mais également celle de plusieurs sites à la fois.

WRP: Comment le secteur du marquage va-t-il évoluer au cours de ces prochaines années ?

Czichon: De manière générale, nous allons nous diriger vers un marquage orienté sur les processus, ce qui explique que la technologie des puces va occuper encore davantage le devant de la scène dans les années à venir. Cette technologie est en effet garante de précision, de sécurité et de fiabilité des processus.

Dans les entreprises, l’automatisation va se poursuivre et de nouveaux supports vont faire leur apparition. On peut imaginer que les employés disposeront d’hologrammes pour commander certaines opérations ou rendre certains processus encore plus simples et plus fiables, comme par exemple le positionnement d’une puce ou d’un écusson sur des vêtements professionnels.

Notre travail de développement n’est cependant pas uniquement orienté vers l’avenir. Il s’exerce aussi au quotidien. Les blanchisseries adoptent régulièrement de nouvelles évolutions dans les domaines chimique et technologique. Les écussons ou étiquettes sont soumis à des exigences toujours plus strictes en termes de technologie de lavage, hypoallergénicité, élasticité, etc. Sèche-linge et installations de repassage et de finition fonctionnent aujourd’hui à des températures toujours plus élevées, ce qui augmente le risque de voir le marquage se détacher du linge. Si nous travaillons actuellement à des températures de patchs comprises entre 140 et 210 °C, il faut savoir qu’à partir de 230 °C les textiles subissent des dommages. Notre « fenêtre de tir » est donc assez réduite, ce qui implique que nos produits doivent constamment répondre à de nouvelles exigences. Il nous faut par conséquent les perfectionner en permanence afin qu’ils puissent satisfaire aux critères décrits dans le cercle de Sinner.

Aucune blanchisserie ne peut aujourd’hui se passer de marquage. Si des problèmes de grande ampleur surgissent, cela signifie une catastrophe pour l’entreprise. Nous devons donc proposer des solutions rapidement, ce que nous sommes généralement en mesure de faire. Nos clients nous en savent d’ailleurs gré. Pour les clients de THERMOTEX, le marquage est affaire de confiance et c’est aussi une responsabilité que nous assumons chaque jour.

WRP: Quels sont les objectifs de THERMOTEX pour les années à venir ? Que faut-il faire pour pérenniser notre réussite ?

Czichon: 

Pour THERMOTEX, l’enjeu est de continuer à développer de nouvelles idées, faire progresser les technologies, rechercher des solutions encore mieux adaptées aux processus automatisés mis en œuvre dans la branche et identifier des souhaits clients encore inconnus aujourd’hui – comme nous y sommes parvenus durant les trois dernières décennies.

Autre impératif tout aussi primordial : perfectionner nos solutions et concepts. On peut penser qu’au cours des prochaines années, les fabricants de vêtements ne se contenteront pas de coudre nos puces dans leurs pièces de vêtements afin d’en suivre l’acheminement vers la blanchisserie, mais que cette dernière continuera également d’utiliser ces mêmes puces. Elles seront affectées à un nouvel usage et suivront de manière répétée les processus en même temps que le linge, jusqu’à ce qu’elles soient retirées du circuit après un nombre de cycles déterminé, puis soumises à un processus de recyclage.

En coopération avec nos partenaires logiciels, nous allons achever dès cette année deux projets de systèmes d’aménagement de pièces pour textiles. En tant que fournisseurs de systèmes, nous serons alors en mesure de surveiller des pièces entières afin de configurer des quantités partielles de pièces en circulation et de maîtriser ainsi les coûts de façon optimale.

Nous voulons nous consacrer encore plus intensément à l’avenir aux volets ressources et environnement et les intégrer à la fois dans notre réflexion et dans notre action. C’est ainsi que nous avons initié divers projets environnementaux. Un hôtel à insectes et un rucher placés dans un champ de fleurs sont par exemple en cours d’aménagement sur notre terrain. La nouvelle législation sur les emballages a renforcé la prise de conscience environnementale chez les acteurs de la branche, un sujet sur lequel nous travaillons également en nous posant la question : quels sont les emballages durables ? Il va néanmoins de soi que nos clients seront aussi en droit de recevoir comme par le passé des marchandises correctement emballées. Nous nous efforçons là encore de créer pour eux une valeur ajoutée.

Insektenhotel Bau 08

PRÉCÉDENT

 

 Source : WRP Wäscherei +Reinigungspraxis (Actualité du secteur de la blanchisserie et du nettoyage) 

Votre recherche concerne?

Merci d’entrer le mot de recherche
Fermer